26/12/2012

De l'autre coté du périph

De l'autre côté du périph : affiche

de David Carhon

Omar Sy, Laurent Lafitte

3,5/5

Ousmane Diakité est lieutenant à Bobigny et est obséder par les tripots de jeux clandestins. Alors qu'il espère pouvoir prouver que des grosses pontes viennent y participer, il découvre le cadavre d'une riche femme qui s'avère être la femme du patron des patrons. Débarque alors François Monge, un capitaine de la criminelle qui ne pense qu'à sa carrière et à ses futurs avancements. alors le terrain ça ne l'intéresses pas mais il se voit contrait de faire équipe avec Ousmane, dans un esprit de coopération des services.

De l'autre côté du périph : photo Laurent Lafitte, Omar Sy

J'étais curieuse de le voir et je ne regrette pas le déplacement! Ce n'est pas l'histoire ou l'enquête policière qui m'intéresse, mais plutot les personnages, les acteurs et le duo très réussie.

De l'autre côté du périph : photo Laurent Lafitte, Omar Sy

D'un coté on a Ousmane, de Bobigny, dont le modèle policier reste Eddie Murphy dans le flic de Beverly hills, et de l'autre on a François Monge, parisien qui n'aspire qu'à lécher les bonnes bottes pour devenir comissaire au plus vite et qui prend pour modèle Belmondo dans Le professionnel ( même si dans ce film Belmondo n'est pas flic mais bon, on passe). Les acteurs/personnages rendent chacun hommage à leurs modèles. 

De l'autre côté du périph : photo Laurent Lafitte, Omar Sy

Le duo fonctionne très bien, Omar Sy est fidèle à lui même mais surtout Laurent Laffite m'a surprise, je ne pensais pas y voir une performance particulière avec ce role et ce film, mais je l'ai trouvé excellent, il n'a pas voler sa bonne réputation, il m'a plus d'une fois épaté. 

De l'autre côté du périph : photo Laurent Lafitte, Omar Sy

En bref, une comédie de buddy movie à la française très réussie, drole, rythmée, avec de très bons acteurs qui nous font bien plus que le minimum syndicale. Un bon divertissement pour se détendre et se changer les idées.

00:09 Publié dans Films en salle 2012 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.